La Vallée de Baradoz

La Vallée de Baradoz est un forum RP médiéval-fantasy. Vous incarnez un aventurier, un voyageur, humain ou non. Votre but : vous créer une vie paradisiaque !
 
AccueilFAQRechercherConnexionS'enregistrer

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Au commencement, ils étaient trois ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Milyana
Admin
avatar

Age : 18

Messages : 17


MessageSujet: Au commencement, ils étaient trois ...    Lun 26 Juin 2017 - 22:14

Milyana s'avança à petits pas, persuadée d'être en train de rêver. Ses longs cheveux cheveux roux volaient au vent, au rythme d'une légère brise venue du Sud. Ses traits fins étaient soulignés par la lumière du jour, et ainsi éclairée, la jeune humaine était d'une rare beauté. Devant elle, la plaine semblait s'étendre à n'en plus finir, jusqu'à se fondre à l'horizon dans le bleu azuré du ciel. Derrière elle, la large porte de bois qu'elle avait franchie pour arriver était gravée d'un symbole représentant le soleil. L'astre du jour, qui atteignait justement son zénith, se reflétait sur les eaux claires du lac bordant l'étendue d'herbe.
Devant tant de grâce, tant de magnificence, comment ne pas rester sans voix ? Il y avait tellement de choses à voir et à contempler ici ! Les montagnes à l'horizon, la forêt que l'on devinait au loin, le moulin, et OH, UN PAPILLON !!

La jeune fille sauta littéralement de joie, courant derrière l'insecte, levant les bras pour l'attraper, criant "Papillon Papillon !" aussi fort que possible, et sur son visage, son expression d'ordinaire grave était redevenue enfantine. Après une nouvelle litanie de "oh le papillon, l'est joli le papillon, viens ici papillon !", la belle rousse tourna sur elle-même et repartit à la poursuite de l'insecte.

Bref, Milyana était très concentrée, absorbée par la beauté du paysage (et du papillon. Bon, okay, surtout du papillon). Rien n'aurait pu la distraire, même pas OH UN CAILLOU !!  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zyriëlle
Admin
avatar

Age : 17

Messages : 25


MessageSujet: Re: Au commencement, ils étaient trois ...    Hier à 21:13

L’immense porte révéla une plaine impressionnante, justifiant largement de par ses tailles les dimensions de l’imposante porte. Magnifique, verdoyant, l’endroit était aussi majestueux qu’inconnu de Zyriëlle. Sur son épaule, Kinaï couina avant de se réfugier sous ses cheveux, tentant désespérément de se rendre invisible. Sa panique envahit rapidement l’esprit de la jeune femme, comme un vent furieux l’empêchant de réfléchir. Portant la main à sa nuque, elle attrapa le petit animal, le caressa doucement, fredonnant un air suffisamment calme et mélancolique pour endormir un soldat. Si le fougueux Kinaï resta éveillé, elle parvint tout de même à le calmer. Ses pensées terrifiées refluèrent dans un coin de son cerveau, la laissant libre de réfléchir et de décider de ce qu’il fallait faire. En quelques bonds agiles et gracieux, le petit écureuil remonta le long de son bras, se logeant sur son épaule, prêt à se réfugier de nouveau sous la crinière de sa protectrice s’il le fallait. Tournant sur elle-même, Zyriëlle lui transmit mentalement ce qu’elle voyait, tout en prêtant attention à tout ce qui aurait pu se cacher ; une menace, une éventuelle présence…
Tu vois, tout va bien. Ce n’est qu’une forêt. Tu devrais avoir l’habitude, conclut-elle avec un sourire.
Certes, elle ne se trouvait pas là où elle aurait dû. Mais au fond, n’était-ce pas la meilleure chose qui aurait pu leur arriver ? Zyriëlle était du genre à toujours voir les bons côtés. Plutôt que de se retrouver -encore- dans les sombres forêts du prince démon, elle se trouvait dans un endroit inconnu, bien plus accueillant et qui n’attendait qu’elle. Tournant résolument le dos à la forêt, elle s’avança dans la plaine, regardant comme avec des yeux neufs les fleurs multicolores, l’herbe verdoyante, écoutant le babil des oiseaux. Sentant la douce chaleur du soleil réchauffer sa peau, elle ferma les yeux un instant. Voilà si longtemps qu’elle ne l’avait ressentie ! Quelle que soit la raison de sa présence ici, on n’aurait pu lui faire plus beau cadeau. Tournant doucement sur elle-même, les yeux rivés au ciel, elle observa le ciel d’un azur profond, dont aucun nuage ne venait ternir la beauté.
Kinaï, furieux du manque de méfiance apparent de sa compagne, sauta à terre et lui transmit ce qu’il voyait. Une jeune femme aux traits angéliques, où pointaient des oreilles d’elfes. Sa longue crinière d’un blond très pâle cascadait dans son dos, mordorée par le soleil, et ses immenses yeux d’un bleu pâle accentuaient la bonté et le mystère qui se dégageaient d’elle, dessinant le portrait de la belle magicienne. Magicienne bien trop exposée au goût de l’écureuil, qui la voyait, attirant tous les regards dans la plaine. Celle-ci leva les yeux. Pour le rassurer, elle ouvrit la main, laissant se déployer ce qui ressemblait à une flaque de lumière. Se ramassant en un long trait, cette dernière fila vers Kinaï, se fit souffle d’air et le souleva légèrement. Celui-ci couina alors que la magie invoquée par sa maîtresse le déposait doucement sur son épaule.


Tu vois qu’on ne risque rien,
sourit-elle, tandis que, grommelant dans un coin de l’esprit de Zyriëlle, l’écureuil se roulait en boule. Elle n’aurait qu’à se débrouiller seule. Zyriëlle laissa échapper un rire cristallin.

- Il y a un juste milieu entre être trop méfiant et insouciant. Tu vois bien que tout va bien ici. Et tu sais que je me tiens prête à toutes les éventualités. Tu devrais en faire de même !


Elle sourit avec bienveillance. Kinaï… Que ferait-elle sans lui, au fond ? Celui-ci, désormais calmé -presque-, redressa la tête, toujours sur l’épaule de la magicienne, aux aguets.
Un long moment se passa ainsi, l’écureuil guettant tout autour d’eux, voyant une menace derrière chaque fleur, chaque brin d’herbe. Zyriëlle se contentait de sourire à chacun des bonds de Kinaï, attentive au paysage. La beauté de l’endroit la laissait rêveuse. On aurait pu écrire des poésies, composer des musiques, rien que sur la beauté de cette plaine baignée de soleil.

Soudain, un bruit attira leur attention. Fronçant les sourcils, Zyriëlle continua d’avancer, parée à toute éventualité. En apercevant une jolie rousse courant derrière un papillon, Zyriëlle se figea. Dérouté, Kinaï laissa échapper un couinement de surprise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au commencement, ils étaient trois ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» En Diantra, étaient trois serpents
» Les Trois Mousquetaires
» La Geste des Trois Amants
» Et un, et deux, et trois ! C'est l'histoire du pirate de l'îleuuuuuuuuuuuh ♫
» Trip à trois!

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
La Vallée de Baradoz :: La Porte :: Les arrivées-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: